Le Parti Socialiste a une hantise : revivre le scénario de l'élection présidentielle de 2002. Voilà donc pourquoi il a peur de Macron.