François Fillon et Marine Le Pen proposent tous deux d’annuler la loi sur le mariage pour tous. Au premier abord, la mesure a tout de la proposition cynique et électoraliste. Vérification avec notre radar.

C’est quoi, ce radar ?

Pour la présidentielle, 2K17 analyse une dizaine de mesures proposées par les candidats à la présidentielle. Pour ce faire, nous avons créé une visualisation. Plus une mesure occupe du volume dans la visualisation, plus elle est considérée comme « positive ». Inversement, moins une mesure occupe de l’espace, plus elle est « cynique ».

Le barème (survolez les points pour plus d’infos) :

 

Qu’en conclure ?

Si François Fillon et Marine le Pen ont cette mesure en commun, ils ne l’appliquent pas de la même manière.
Pour François Fillon, l’union des couples de même sexe n’est pas en cause. Il s’agit de leur interdire l’adoption plénière (sans rétroactivité). Marine Le Pen souhaite revenir sur la loi dans son ensemble sans rétroactivité.

Aucun des deux ne proposent la rétroactivité. Logique, il est impossible juridiquement qu’une nouvelle loi soit rétroactive dans ce domaine.
La mesure n’aura pas d’impact économique particulier sur les Français. Elle aura le coût de la réécriture des procédures administratives. Difficile à estimer et peu pertinent, car ne concernant pas véritablement les citoyens, nous avons préféré ne pas le retenir.
La mesure obtient un très mauvais score sur ses objectifs : c’est une mesure de posture. Le retrait de la loi Taubira retire un droit à une frange de la population (les homosexuels souhaitant se marier), mais n’en ajoute aucun à ceux qui s’opposent au mariage et à l’adoption par les couples de même sexe. Les gens touchés par la mesure ne sont pas ceux qui ont voté son adoption.

En termes de faisabilité, d’après Philippe Blacher, professeur de droit public, : il est difficile de supprimer des lois relatives à l’état civil ou qui consacrent des droits acquis (comme le mariage) car cela soulève une complexité technique et crée inutilement des situations différenciées. Je n’y crois pas même si c’est techniquement envisageable.

 

Notre méthodologie :

Chaque promesse est évaluée d’après les mêmes critères, établis en amont.
En théorie, plus une mesure occupe du volume dans la visualisation, plus elle s’approche d’une mesure idéale.

Pour notre barème, une mesure idéale -toutes choses égales par ailleurs- touche de nombreuses personnes, est réalisable, n’a pas ou peu d’effets secondaires négatifs et ne coûte rien aux Français.

Une mesure cynique s’adresse aux gens qu’elle ne touche pas, a des effets secondaires négatifs, est compliquée à mettre en oeuvre.

Les données, ainsi que le code source de la visualisation sont sous licence Creative Commons. Il est possible de les adapter et de les réutiliser.

Le critère 0 est attribué quand il nous paraît impossible de juger la mesure.

 

Sources des données:

Les données concernant les mesures et le barème (ainsi que les sources utilisées) sont consultables ici.

La visualisation est réalisée avec la librairie d3.js. Le code source est disponible ici. Il est inspiré de cette visualisation.

Le projet a été réalisé dans le cadre du CFJ et encadré par Alexandre Léchenet.