Et si c'était Google, Amazon ou Facebook qui allaient payer le revenu universel de Benoît Hamon ?