Benoit Hamon est le seul candidat à proposer un revenu universel d'existence. Même si tous les Français n'en bénéficieront pas au début, le RUE reste une mesure globalement positive.

C’est quoi, ce radar ?

Pour la présidentielle, 2K17 analyse une dizaine de mesures proposées par les candidats à la présidentielle. Pour ce faire, nous avons créé une visualisation. Plus une mesure occupe du volume dans la visualisation, plus elle est considérée comme « positive ». Inversement, moins une mesure occupe de l’espace, plus elle est « cynique ».

Le barème (survolez les points pour plus d’infos) :

 

Qu’en conclure ?

Un revenu universel d’existence sous la forme d’un complément de revenu est censé répondre à l’automatisation progressive de nombreux métiers. Pour la France, 10 à 20 % des métiers sont concernés. Aux Etats-Unis, la proportion est encore plus importante : 4 emplois sur 10, d’après l’OCDE.

La mesure de Benoit Hamon lui a permis de se démarquer durant les primaires de la gauche. Mais une fois investi, le candidat PS a opéré plusieurs coupes dans son projet : un revenu destiné d’abord à ceux qui ont les plus faibles revenus, et pas plus de 600 € par mois et par personne.

Un simulateur permet même à chacun de regarder combien il toucherait si Benoit Hamon était élu président.

Dans notre radar, la mesure s’en tire bien. En ciblant les moins favorisés, Hamon cible une catégorie de la population à forte propension marginale à consommer. En d’autres termes, les ménages avec les plus faibles revenus sont plus susceptibles que les ménages à revenus supérieurs de dépenser directement de l’argent « bonus ».

Pour Hamon et ses conseillers, le revenu universel se viabilise par la relance de la consommation. Notre radar ne fait pas mention d’un point important du RUE : il sera automatique, contrairement à la plupart des aides, qui ne sont versées que sur demande explicite par les ayants droits.

 

Notre méthodologie :

Chaque promesse est évaluée d’après les mêmes critères, établis en amont.
En théorie, plus une mesure occupe du volume dans la visualisation, plus elle s’approche d’une mesure idéale.

Pour notre barème, une mesure idéale -toutes choses égales par ailleurs- touche de nombreuses personnes, est réalisable, n’a pas ou peu d’effets secondaires négatifs et ne coûte rien aux Français.

Une mesure cynique s’adresse aux gens qu’elle ne touche pas, a des effets secondaires négatifs, est compliquée à mettre en oeuvre.

Les données, ainsi que le code source de la visualisation sont sous licence Creative Commons. Il est possible de les adapter et de les réutiliser.

Le critère 0 est attribué quand il nous paraît impossible de juger la mesure.

 

Sources des données:

Les données concernant les mesures et le barème (ainsi que les sources utilisées) sont consultables ici.

La visualisation est réalisée avec la librairie d3.js. Le code source est disponible ici. Il est inspiré de cette visualisation.

Le projet a été réalisé dans le cadre du CFJ et encadré par Alexandre Léchenet.